Windows 7 reste l'OS le plus utilisé selon Net Applications

D’après les données de Net Applications, en mai, Windows 7 était toujours l’OS Windows le plus représenté sur les PC sous Windows. Les analystes craignent un scénario à la Windows XP. Selon eux, compte tenu de la stabilité des chiffres, les entreprises pourraient faire tourner le système jusqu’à la fin du support et rappellent les conséquences financières du défaut d’anticipation de cette migration.

Les entreprises éprouvent toujours des réticences pour passer de Seven à Windows 10. (Crédit Pixabay, Microsoft)

D’après les chiffres publiés cette semaine par la société d’étude, au mois de mai, Windows 7 est resté campé sur ses postions : deux ans et demi avant la fin du support programmé, le 14 janvier 2020 exactement, le système d’exploitation de Microsoft est toujours l’OS le plus utilisé par les PC sous Windows. Ainsi d’après le baromètre Net Applications, en mai, la part d’utilisateurs de Seven, une estimation du pourcentage de tous les ordinateurs personnels tournant avec le système d’exploitation sorti en 2009, s’élevait à 49,5 %. Cependant, la part de toutes les machines Windows tournant sous Windows 7 s’élevait à 54 % : cette différence entre la part d’utilisateurs et les machines sous Windows s’explique par le fait que Windows fait tourner 91,6 % et non 100%.des ordinateurs personnels du globe.

Plus important encore, au cours des 12 derniers mois, la part de Windows 7 n’a pratiquement pas bougé, puisqu’elle a baissé de moins d’un point de pourcentage pendant cette période. Pour ce qui est de sa présence sur les ordinateurs personnels Windows, Seven affiche aussi une forte résistance puisque sa part est restée proche de 54 %. Pourtant, en mai, la proportion globale de PC sous Windows a été la plus élevée depuis juillet 2016. L’absence de baisse de la part d’utilisateurs de Windows 7 sur une période aussi longue est préoccupante, car elle indique, selon le baromètre que les clients pourraient utiliser leur système jusqu’à l’expiration du support.

Une remake du déclin progressif de XP 

La situation actuelle de Seven est comparable à celle de Windows XP 31 mois avant sa mise à la retraite, en avril 2014. À l’époque, Windows XP tournait sur 54,6 % de tous les ordinateurs Windows, soit l‘équivalent des chiffres du mois de mai pour Windows 7. Ensuite, au fur et à mesure que la date limite de fin de support de XP approchait, de nombreuses entreprises ont dû libérer des budgets pour purger les systèmes Windows XP de leurs réseaux. Elles ont acheté en hâte de nouveaux PC, ont fait appel à des aides extérieures pour faire face à la migration, ont bousculé leurs projets IT existants et leur mise en œuvre, et se sont abonnées à la dernière minute à de coûteux services de support personnalisé pour sécuriser leurs machines.

 

Même si l’heure de la migration approche, Windows 7 reste encore le système le plus représenté de toutes les éditions Windows. (Crédit : Computerworld/Data : Net Applications) 

Pour autant, un nombre important de machines sous XP, devenues vulnérables faute de mises à jour après le délai d’expiration du support par Microsoft, ont continué à tourner dans les entreprises. Selon les études réalisées par Gartner en 2014, environ 25 % des PC – entreprises privées, agences gouvernementales et autres – tournaient encore sous XP lorsque Microsoft a mis fin au support de l’OS. En avril 2014, Net Applications avait estimé à 29 % la part d’utilisateurs de Windows XP parmi tous les PC Windows. Il y a trois ans, Gartner incitait déjà les entreprises à planifier leurs migrations de Windows 7. « Même si l’année 2020 semble très lointaine, les organisations doivent commencer dès maintenant à préparer leur migration de façon à ne pas reproduire ce qui s’est passé avec Windows XP », avaient déclaré les analystes Michael Silver et Stephen Kleynhans dans un rapport de 2014.

Seven toujours bien implanté dans les entreprises 

Contrairement à une récente analyse de Gartner, qui affirmait que les entreprises étaient plus avancées dans la planification de la migration de Windows 10 qu’elles ne l’étaient dans le dernier cycle – Windows XP vers Seven – les données de Net Applications semblent indiquer que celles-ci n’ont pas beaucoup anticipé cette transition. En mai, la part de Windows 10 représentait 29,2 % de tous les ordinateurs Windows, en hausse par rapport au mois précédent, alors que les systèmes Windows 8/8.1 et l’ancien Windows XP perdaient du terrain, tombant respectivement à 9,1 % et 6,2 %. 

 

OS