Shadow : le PC du futur prépare l'après, Blade lève 51 millions d'euros et veut 100 000 clients

https://cdn3.nextinpact.com/dlx/68747470733A2F2F63646E322E6E657874696E706163742E636F6D2F696D616765732F62642F776964652D6C696E6B65642D6D656469612F31343632342E6A7067

Blade, la société française qui travaille depuis des mois sur sa solution de « PC dans le cloud » vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds record : 51 millions d’euros. Elle veut en profiter pour se développer à l’étranger, renforcer son avance technologique et diversifier son offre.

Cela fait maintenant près d’un an que la petite équipe de Blade a décidé de se lancer avec son « PC du futur » : Shadow. Une solution qui prend la forme d’une machine « dans le cloud » dotée de composants dédiés pour un tarif plutôt raisonnable, à l’inverse de ce que propose une bonne partie de la concurrence.

Comme nous l’évoquions lors de notre première analyse de l’offre, il est question de 30 à 45 euros par mois (selon la durée de l’engagement) pour un processeur Xeon à trois cœurs (quatre pour les early birds désormais), 12 Go de mémoire vive, 256 Go de stockage et surtout, une GeForce GTX 1070. Le tout est accessible via un client léger livré gratuitement, mais aussi des solutions logicielles sous Android, macOS et Windows qui sont actuellement en test (la version iOS arrive).

Pour faire simple, on se retrouve avec une puissance à peu près équivalente à ce que Microsoft vient d’annoncer de manière triomphante pour sa Xbox One X, mais accessible n’importe où, avec une licence Windows 10 Famille et la possibilité d’y installer ce que l’on veut (ou presque). 

51 millions d’euros pour révolutionner le PC

Si nous ne reviendrons pas ici sur le fonctionnement de ce service (voir notre analyse), il est temps de faire un premier point d’étape alors que les Français viennent d’annoncer une levée de fonds de 51 millions d’euros. 

Presque un record pour cette année dans l’Hexagone (Oodrive ayant levé 65 millions d’euros en mars). C’est aussi 1,5 jour des bénéfices attendus par Intel pour 2017. C’est tout de même énorme pour un projet lancé en 2015, que certains jugeaient mort-né au regard des expériences précédentes, ou par sa dépendance au besoin de disposer d’une bonne connexion Internet.

L’équipe en est persuadée, elle tient là ce qui pourrait remplacer une bonne partie du parc PC à travers le monde. Et ce ne sont pas des projets comme Liquid Sky, GeForce Now ou mêmes des solutions plus orientées vers la bureautique comme le proposent Amazon ou OVH qui l’effraient. Au contraire, elle voit plutôt cette effervescence comme le signe qu’elle est sur la bonne voie.

Mais si nous nous sommes rendus chez Blade ce mercredi, ce n’était pas tant pour évoquer cette levée de fonds ou les entendre nous répéter leur conviction profonde. Nous voulions parler de ce qui importe, c’est à dire tout le reste.

Une petite équipe, très engagée

 

Matériel