Le SDDC de VMware maintenant exécuté dans AWS

Andy Jassy (CEO d’AWS) et Pat Gelsinger (CEO de VMware) à San Francisco pour la présentation de leur partenariat cloud. (Crédit IDG NS)

Le service annoncé par VMware dans le cadre de son partenariat avec Amazon entend faciliter le transfert et le déploiement de VM sur AWS depuis vCenter.

Le partenariat entre Amazon et VMware annoncé jeudi dernier entend faciliter l’usage de la plate-forme cloud AWS pour les clients du spécialiste de la virtualisation. Tout simplement baptisée VMware Cloud on AWS, cette offre annoncée lors d’une conférence de presse à San Francisco repose sur des versions optimisées pour le cloud computing des logiciels vSphere, VSAN et NSX (serveurs, stockage et réseau). Avec cette solution, lorsque les utilisateurs exploiteront un environnement VMware sur AWS, ils pourront bénéficier d’un cluster exécutant la pile Software Defined Data Center (SDDC) du premier dans le cloud public du second.

Le service, qui est actuellement dans sa phase bêta sur invitation avant un passage en production mi-2017, sera exploité et supporté par VMware, et fonctionnera sur des instances classiques ou dédiées dans les datacenters d’AWS. S’il s’agit de rendre Amazon plus attractif pour les administrateurs formés aux solutions de VMware puisque vCenter sera l’interface de supervision par défaut de cette plate-forme cloud. Les utilisateurs seront en mesure de gérer leurs déploiements dans le cloud public de la même manière que sur site. Outre les instances VMware sur AWS, les clients auront également accès à des services Amazon comme Redshift et S3. Et pour exploiter cette plate-forme hybride, les clients ne seront pas obligés d’exécuter l’ensemble de la pile de Software-Defined Suite Data Center de VMware dans leurs propres centres de données. L’utilisation de vSphere sera suffisante.

Une service progressivement étendue aux régions

Andy Jassy, le CEO d’AWS, et Pat Gelsinger, le CEO de VMware, sont apparus sur scène à San Francisco pour annoncer ce rapprochement stratégique. Les deux hommes ont indiqué que le partenariat a été motivé par le désir des clients d’utiliser les outils de VMware avec le cloud d’Amazon. Andy Jassy explique que « les clients souhaitent que nous simplifions toujours plus la gestion des investissements de leurs centres de données existants aux côtés de AWS. La plupart des entreprises virtualisées utilisent déjà VMware, mais maintenant grâce à VMware Cloud AWS, les clients pourront pour la première fois exploiter un environnement IT hybride cohérent et homogène en utilisant leurs outils existants VMware sur AWS, sans avoir à investir dans du matériel spécifique, à réécrire leurs applications, ou à modifier leur modèle d’exploitation. »

Dans un premier temps, les services seront disponibles dans un nombre limité de régions AWS, mais Andy Jassy indique que les zones géographiques seront progressivement ouvertes. Les clients seront en mesure de migrer leurs charges de travail vers et depuis AWS en utilisant vSphere.

Après AWS, au tour d’Azure 

Cette annonce doit toutefois sembler déconcertante pour les partenaires de l’écosystème vCloud Air de VMware, et notamment IBM. L’une des principales différences entre cette plate-forme et celle annoncée avec IBM en février est que VMware Cloud on AWS est offert et géré par VMware. Cela dit, Pat Gelsinger a tenu à rappeler qu’IBM reste et restera un partenaire très important pour VMware à l’avenir. L’accord avec Amazon entend également challenger un peu plus Microsoft, qui consacre d’importants moyens pour le développement de ses solutions cloud hybrides présentées comme une extension naturelle de son logiciel serveur. Et l’arrivée d’Azure Stack chez HPE, Dell et Lenovo est une pierre de plus dans le jardin de VMware qui entend également pousser sa stack Software Defined Data Center dans le cloud Azure comme il l’annoncé en aout dernier.

Les clients intéressés par VMware Cloud on AWS peuvent d’ors et déjà demander un accès à la bêta privée pour travailler sur des POC, mais VMware ne les distribuera pas avant le début de l’année 2017. La disponibilité générale de la plate-forme est attendue mi-2017. 

 

Virtualisation