L'opacité des objets connectés domestiques agace l'UFC-Que Choisir

https://cdn3.nextinpact.com/dlx/68747470733A2F2F63646E322E6E657874696E706163742E636F6D2F696D616765732F62642F776964652D6C696E6B65642D6D656469612F31363437332E6A7067

L’UFC-Que Choisir lance un appel à la vigilance sur les objets connectés pour la maison. Il ne s’agit pas cette fois-ci de parler de leur sécurité (il y a pourtant tellement à dire…), mais de leur interopérabilité et de l’information qui est faite aux consommateurs sur l’utilisation des données générées.

Ce n’est un secret pour personne : les objets connectés occupent une place de plus en plus importante dans notre vie de tous les jours. Il y a évidemment les smartphones, les montres, les voitures, mais ils prennent également leurs aises dans les logements, que ce soit pour surveiller votre domicile ou bien pour contrôler le chauffage par exemple.

Données, vie privée, interopérabilité : l’UFC pointe une absence d’information

Un objet connecté est ainsi en mesure de générer et d’échanger des données sur votre foyer avec des serveurs qui peuvent être installés un peu partout dans le monde, soulevant certaines interrogations sur la vie privée. Les zones d’ombres ne s’arrêtent pas là et on en trouve également sur la connectivité et l’interopérabilité des différents objets connectés.

L’UFC-Que Choisir monte justement au créneau sur ces sujets, pointant « une absence d’information qui empêche tout choix éclairé des consommateurs ». Avant d’arriver à cette conclusion, l’association de consommateurs a mené une enquête sur 10 distributeurs (Castorama, Leroy Merlin, Fnac, Amazon, Cdiscount, Darty, Grosbill, Boulanger, La Redoute et Futur Home Shop) et 13 fabricants qui proposent des objets connectés pour le logement (Somfy, Netatmo, Tado, Nest, Qivivo, Philips, Chacon, etc). 

L’étude porte sur trois informations importantes : le protocole de communication utilisé, la liste des produits compatibles et la collecte de données personnelles suite à l’installation du produit. Trop souvent, ces informations manquent à l’appel pour l’UFC-Que Choisir.

Comme l’IMF, les distributeurs enclenchent le protocole fantôme

 

Matériel