KWSP prépare une imprimante braille abordable

Avec le concours de l’UE ainsi que des fonds et des spécialistes hongrois de l’impression, le cabinet d’ingénierie britannique KWSP travaille à la réalisation d’une imprimante braille capable également de scanner et de copier des documents textes pour les rendre lisibles aux aveugles. Elle devrait en outre coûter le même prix qu’une imprimante laser classique.

Cette imprimante braille développée par KWSP devrait coûter le même prix qu’une imprimante laser.

Des 285 millions de personnes souffrant de déficience visuelle à travers le monde, un bon nombre d’entre-elles va bientôt pouvoir profiter des développements réalisés par KWSP dans le domaine des technologies braille, notamment pour l’impression et le tactile. Dans le cadre du programme européen Horizon 2020 SME Instrument, le bureau d’ingénierie anglais travaille actuellement sur une imprimante de bureau capable de d’imprimer en raille à la maison ou au travail.

D’après KSWP, les méthodes onéreuses actuellement utilisées pour l’embossement sont « analogiques, inflexibles et peu adaptées aux besoins des utilisateurs ». La machine développée par la société devrait proposer des coûts de fonctionnement et d’acquisition similaires à ceux d’une imprimante laser. A titre de comparaison, les solutions actuellement disponibles sur le Net coûtent de 700 à plus de 10 000 € HT.

Copier et scanner des documents textes-to-Braille

La machine développée par KWSP devrait en outre embarquer des fonctionnalités de copier et scanner des documents textes pour les transformer en braille. A en croire ses concepteurs, l’imprimante en question pourrait avoir le même impact sur l’impression du braille que celui des ordinateurs sur la machine à écrire. Un premier prototype de pré-production est en tout cas en court d’élaboration à Barkley (UK), au siège de KWSP.

Pour le mettre au point, la firme britannique travaille avec le CERC (Central European Research Centre), basé en Hongrie, et le spécialiste de l’impression numérique, Alchemie Technology. L’œuvre de charité hongroise Infoalap et Co&Co, un compatriote spécialisé dans le conseil en design de produit, ont également investi des fonds dans le projet. Le prototype devrait être terminé d’ici la fin de l’année.

 

Hardware