Intel cible l'IoT avec ses puces Atom E3900

Conçue pour les équipements IoT, la famille E3900 met l’accent sur les performances et la sécurité selon Intel.

Avec ses puces E3900, Ken Caviasca met en évidence trois secteurs qu’Intel compte adresser en priorité : l’automobile, l’industrie et la vidéo.

Pour étendre ses parts de marché dans les solutions IoT pour l’industrie, Intel a sorti le grand jeu en multipliant par 1,7 les performances en calcul de sa dernière puce Atom E3900 (nom de code Apollo Lake), par rapport à la génération précédente E3800. Il s’agit en fait d’une famille composée de trois processeurs (E3930, E3940 et E3950) fabriqués pour correspondre aux besoins des acteurs exploitant des plates-formes IoT dans l’industrie mais également la ville ou encore la distribution. Ils peuvent supporter des températures de -40 à 80 degrés Celsius.

Ken Caviasca, vice-président en charge des solutions IoT chez Intel, décrit cette gamme de puces comme un « produit très ciblé» et qui a été soigneusement conçu pour répondre aux besoins uniques du marché IoT. En termes pratiques, cela signifie que la série E3900 met l’accent sur plusieurs aspects comme l’évolutivité, l’interopérabilité et la sécurité dans des équipements déployés à très grande échelle. Comme on vient de le voir avec les récentes attaques DDoS massives reposant sur des botnets d’objets connectés piratés par le malware Mirai, la sécurité doit être renforcée sur les équipements IoT. Que ce soit dans des machines, des capteurs ou des automobiles, ces puces doivent travailler ensembles de façon très précise sans craindre les intrusions. Parmi les fonctions de sécurité, Intel met en avant le contrôle du démarrage. Si un appareil prend plus de temps que la normale pour démarrer, le système le signale comme potentiellement compromis.

ARM pousse la sécurité dans l’IoT 

Sur ce marché, Intel doit aujourd’hui affronter ARM qui propose avec ses nombreux licenciés des solutions déjà largement adoptées par les fournisseurs. Le designer britannique, désormais dans le giron du japonais Softbank, vient de présenter son initiative ARM mbed Cloud. Cette La plate-forme SaaS propose de gérer la configuration et le connexion des appareils IoT reposant sur une puce ARM – et même non-ARM – en assurant un chiffrement de bout en bout et les mises à jour du microcode. La bataille est intense sur ce marché avec le rachat très récent de NXP Semiconductors par Qualcomm, un des principaux clients d’ARM. Spécialisé dans les composants pour l’industrie automobile, NXP apporte une expertise précieuse à Qualcomm sur ce marché prometteur, avec notamment la multiplication des systèmes d’aide à la conduite dans les voitures.

ARM a présenté son ARM mbed Cloud à la conférence Techcon à Santa Clara, en Californie, le 26 octobre 2016.

Intel s’intéresse également à ce marché avec une déclinaison de ses puces E3900 pour les équipementiers automobiles : il s’agit de la gamme processeur A3900. Elle propose de créer un véritable cockpit virtuel incluant l’infodivertissement embarqué, les instruments numériques et des systèmes avancés d’assistance à la conduite au sein d’un même SoC. La gamme A3900 permettra aux constructeurs automobiles de proposer des équipements de ce type comme chez Audi (A4, TT et Q5) et PSA (3008 et 5008) qui intègrent déjà des cockpits virtuels dans certains de leurs modèles. Intel n’a pas communiqué le prix de ses puces disponibles au premier trimestre 2017 mais ils seront en milieu de gamme selon Ken Caviasca. 

 

Hardware

EDF lance son concours Pulse pour les start-ups occitanes de l'énergie

Le prix EDF Pulse va récompenser trois innovations technologiques en Occitanie dans le domaine de l’énergie. Crédit: D.R.

En lançant son concours « EDF Pulse Occitanie », la délégation régionale du fournisseur d’énergie en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée entend valoriser l’innovation dans le domaine de l’électricité et accompagner le développement de start-ups dans ce territoire. A la clef, 100 00 euros de dotation pour les lauréats.

En lançant  son concours  « EDF Pulse Occitanie », la délégation régionale du fournisseur d’énergie en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée entend valoriser l’innovation dans le domaine  de l’électricité et accompagner le développement de start-ups dans ce  territoire. Cette année, EDF Pulse a institué trois prix dans les catégories suivantes. La discipline « Service innovant » récompensera une solution ou un service en développement  censé améliorer des domaines tels que la  relation client, les services énergétiques, l’éco-efficacité, ou les télé-services.  La catégorie « Performance industrielle», consacrera un projet innovant dans le domaine de la mécanique, des matériaux, des procédés industriels et des technologies numériques au service de la performance industrielle (réduction des coûts de mise en service/d’exploitation des installations de production ou de transport d’électricité, de gaz ou de chaleur).

Enfin, Territoire durable»  rétribuera un produit ou un service innovant en développement, contribuant à l’efficacité énergétique d’un territoire, urbain ou rural, tout en réduisant son impact environnemental.  Les  dossiers de candidature  devront être déposés avant le 15 décembre 2016  à cette adresse.

Les  finalistes bénéficieront d’un accompagnement d’ EDF pour développer et expérimenter leur solution ou technologie. Fin janvier 2017, 3 lauréats (un par catégorie) recevront 10 000 euros chacun par EDF qui souhaite encourager leurs travaux de recherche dans le domaine du stockage de l’énergie. Ceux qui souhaitent  en savoir plus sur le déroulement du concours EDF Pulse Occitanie pourront rencontrer les équipes métiers du groupe le 9 novembre prochain à 18H30 dans les locaux de Digital Place, à Toulouse.

 

PME

GitHub Projects s'ouvre aux organisations

GitHub vient d’élargir l’utilisation de Projects aux organisations. Ces dernières peuvent donc utiliser le service pour permettre aux équipes de gérer les projets en cours, chacun pouvant savoir comment avance le travail sur sa partie dédiée ou sur l’ensemble.

Projects est un service dédié aux développeurs qui veulent structurer leurs projets. Ils peuvent ainsi planifier un certain nombre d’éléments, comme le temps à consacrer à une fonctionnalité en particulier, créer des feuilles de route, définir des workflows personnalisés ou encore publier des listes de vérification.

Le service est désormais ouvert aux organisations, qui peuvent donc l’utiliser à l’échelle de leurs équipes. Chacun peut accéder à sa partie et suivre le développement en cours, avec toutes les fonctions proposées habituellement. Les membres pourront ainsi garder un œil sur les choses restant à faire, les rapports de bugs, les demandes de révision et ainsi de suite. Le service inclut également une surveillance des pull requests pour l’ensemble des dépôts utilisés.

Le service s’utilise depuis un nouvel onglet – Projects –, depuis l’interface de gestion du compte de l’entreprise ou autre. Ceux qui veulent en savoir plus pourront consulter l’annonce qui avait été faite du service le mois dernier.

github projects

 

Logiciel

VMware termine son 3e trimestre 2016 avec le sourire

Après le rachat de la société Arkin en juin dernier, VMware et Pat Gelsinger, son CEO, sont toujours en quête d’acquisitions. (Crédit VMware)

VMware vu son chiffre d’affaires croitre de 6% et ses bénéfices nets de 25% au troisième trimestre 2016. L’entreprise étudie des pistes de nouveaux rachats et crée par ailleurs une division dédiée aux produits et aux services cloud.

Les résultats de VMware pour le troisième trimestre 2016 ont été meilleurs que ce que prévoyait le consensus des analystes. Alors que ces derniers tablaient sur un chiffre d’affaires d’1,76 Md$, l’éditeur spécialisé dans la virtualisation a dégagé 1,78 Md$ de revenus, soit 6% de mieux qu’il y a un an. Les ventes de licences ont contribué à ces facturations à hauteur de 691 M$ (+1%) contre 1,08 Md$ pour les services (+9,6%). Le niveau d’activité global de l’entreprise lui a permis de dégager un résultat opérationnel de 592 M$ (+12%) et un résultat net de 319 M$ (+25%).

Les rachats au coeur de l’élargissement du catalogue produits

VMware a profité de la conférence organisée à l’occasion de la présentation de ses résultats pour faire savoir qu’il était toujours à l’affut de nouvelles acquisitions. « Les opérations de croissance externe ont joué un rôle clé dans la constitution de notre catalogue de produits actuel. Nous pensons qu’il y a encore belles opportunités d’acquisition pour VMware », a déclaré Pat Gelsinger, le CEO de l’éditeur. L’entreprise étudie notamment des pistes dans les domaines de l’administration, des réseaux, de la sécurité et de la mobilité.

L’éditeur a également annoncé la création d’une nouvelle division dédiée aux produits et aux services cloud. Elle consacrera ses efforts au développement des positions de VMware dans les domaines du calcul, du stockage, de l’administration et de la mobilité en entreprise. Sa direction est confiée à Raghu Raghuram et Rajiv Ramaswami qui en deviennent les responsables des opérations.

 

Virtualisation

Getplus lève 2 M€ pour exporter son reciblage B2B

Constatant que 50% des leads du marketing ne sont pas traités par manque de qualification, Hervé Gonay (ci-dessus), CEO de Getplus, a lancé le développement de GetQuanty avec Xavier Paulik et Bruno Barandas.

Pour permettre aux équipes commerciales de mieux exploiter les leads, la plateforme SaaS GetQuanty de Getplus permet aux entreprises d’analyser les données récoltées sur les prospects pour ajuster leurs campagnes marketing. La société vient de lever 2 M€ pour soutenir sa croissance.

Avec sa solution de reciblage BtoB, l’éditeur français Getplus propose aux entreprises de transformer en prospects qualifiés les visiteurs professionnels de leurs sites web. La société vient de lever 2 M€ auprès de l’investisseur M Capital Partners pour soutenir le développement de ses outils de génération de leads et aborder l’international. Cet apport financier va en particulier servir au lancement de GetQuanty, la solution prédictive mise au point par Getplus pour analyser en temps réel le niveau d’intérêt des prospects et ajuster les campagnes de marketing digital.

Résultant de 3 ans de R&D et de l’expérience acquise par l’accompagnement des clients, cette plateforme est proposée en mode SaaS. Ses algorithmes s’appuient sur l’apprentissage machine. GetQuanty permet notamment de suivre sur un tableau de bord les entreprises identifiées sur les campagnes et de comparer les performances des actions menées.

A travers GetQuanty, l’entreprise peut découvrir en temps réel l’origine et le parcours des visiteurs BtoB de son site web. Ces informations sont ensuite reliées aux actions marketing engagées (mailing, par exemple).

Getplus est piloté par trois entrepreneurs. Hervé Gonay, son CEO, a fondé la structure il y a 11 ans. Bruno Barandas et Xavier Paulik, directeurs associés, ont co-fondé avec lui l’activité GetQuanty. La société compte déjà plus de 300 clients dont Jabra, Toshiba ou Business France. Elle compte pour l’instant 10 salariés et vise un chiffre d’affaires de 3 M€ en 2017.

 

PME